Vous êtes ici :

Biographie

Avocat par vocation

Isabelle BECK est devenue avocat par vocation.

Après avoir obtenu brillamment son Baccalauréat en mathématiques, elle est entrée à 16 ans, à l’ Université Jean Moulin LYON III, pour y effectuer ses études de droit.

Tout en suivant les cours qui lui ont permis d’acquérir une maîtrise en Droit privé, mention Professions Judiciaires, elle s’est parallèlement, activement préparée au Diplôme d’accès à la profession d’avocat.

C’est ainsi que le 11 décembre 1978, à l’âge de 20 ans, elle a prêté le serment d’avocat, devant la 1ère chambre de la Cour d’Appel de Lyon, « d’exercer ses fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ». Elle est ainsi devenue « la plus jeune avocate de France ».

Une formation exceptionnelle

Maître Isabelle BECK est immédiatement devenue la collaboratrice unique du Bâtonnier Paul VUILLARD, dont le cabinet généraliste était alors extrêmement réputé à LYON.

Le Bâtonnier VUILLARD était en outre, l’un des principaux artisans de la première réforme de la profession d’avocat qui a intégré la profession d’avoué à celle d’avocat. (Loi du 31 Décembre 1971)

La mission de Maître Isabelle BECK a consisté durant 7 ans, à élaborer une stratégie, bâtir l’argumentation juridique et établir l’ensemble des actes nécessaires aux dossiers du cabinet, tandis que le Bâtonnier Vuillard se réservait la réception des clients et les plaidoiries.

Jouissant de l’absolue confiance du Bâtonnier, elle s’est ainsi formée d’emblée, sur des dossiers complexes, nécessitant temps, réflexion et recherches fouillées de jurisprudence.

L’un des points d’orgue de la vie du cabinet est intervenu, après l’extradition de Klaus BARBIE de Bolivie en France, en 1983.

Le Bâtonnier VUILLARD, ancien et célèbre résistant, s’est vu confier la défense de plusieurs victimes de Barbie qui avaient été torturées par ce criminel nazi tristement connu sous le nom du « Boucher de Lyon » et avaient miraculeusement survécu.
http://numelyo.bmlyon.fr/BML:BML_01ICO00101569e420f3ed18?&query%5B0%5D=isubjecttopic:%22avocat%22&hitStart=19&hitPageSize=16&hitTotal=159

Maître Isabelle BECK a alors préparé les dossiers de ces parties civiles, en s’attachant à définir la notion de « crimes contre l’humanité », crimes pour lesquels la défense de Klaus BARBIE ne pourrait invoquer une quelconque prescription.

Après un procès historique, le temps est ensuite venu pour le Bâtonnier VUILLARD, dont la santé était devenue très précaire de « raccrocher sa robe » et de fermer ce cabinet auquel il avait tant donné.

La création du cabinet

La profession d’avocat qui s’exerçait à l’époque exclusivement en tant que profession libérale, avait ceci de particulier, que dès la prestation de serment, le jeune avocat était autorisé à développer son propre cabinet, en sus du travail effectué en tant que collaborateur.

Bien sûr, les premiers dossiers étaient des commises d’office qui permettaient de défendre gratuitement des personnes poursuivies devant les juridictions pénales, ou des dossiers à caractère civil, d’Aide Judiciaire, dont l’indemnisation versée par l’Etat, couvrait souvent à peine les frais d’affranchissement des courriers.

Mais progressivement, grâce au « bouche à oreille », et même si l’on n’était pas « fils ou fille de », le jeune avocat opiniâtre et tenace était à même de développer progressivement son propre cabinet.

Après 7 ans d’une collaboration intensive auprès du Bâtonnier VUILLARD, il était temps de prendre une décision et de « voler de ses propres ailes ».

En 1986, Maître Isabelle BECK a installé son cabinet à VILLEURBANNE, ville qui jouxte la belle ville de LYON.

Le développement

Durant les années suivantes, Maître Isabelle BECK a vu grandir sa clientèle en poursuivant la voie généraliste, dans laquelle elle avait débuté.

La variété des dossiers qui lui étaient confiés était grande, et lui permettait d’assouvir son besoin d’alterner des dossiers à caractère strictement juridique, avec des dossiers où l’humain avait la première place.

Elle appréciait de pouvoir un jour plaider dans l’intimité du bureau d’un juge des enfants, tandis qu’elle plaiderait le lendemain à une audience solennelle de la Cour d’Assises.

Sa réputation d’avocat sérieux et travailleur lui permettait également de s’ouvrir au droit commercial au sens large, et d’inclure dans ses compétences le droit bancaire, le droit de la construction et le droit de la franchise.

La croissance du cabinet a nécessité de faire appel à des collaboratrices, pour pouvoir gérer l’ensemble des dossiers. Cependant, Maître Isabelle BECK continuait à recevoir personnellement chaque client en rendez-vous et veillait étroitement au suivi de chacun des dossiers.

Les années ont passé.

Animée par son inextinguible besoin de justice, Maître Isabelle BECK a continué à s’ investir pleinement, au sein de son cabinet, jusqu’à atteindre une notoriété importante dans la région Lyonnaise.

Les spécialisations

La loi du 31 décembre 1990 a opéré l’importante réforme de la fusion entre les professions d’avocat et de conseil juridique.

Pour Maître Isabelle BECK, l’adoption de l’appellation unique d’avocat était une évidence, car la profession d’avocat ne s’est jamais limitée à porter une robe noire et à plaider devant des magistrats.

Elle s’est toujours considérée comme un conseiller, avant d’envisager une quelconque procédure.

La fusion officielle des deux professions a, en tout cas, eu pour conséquence de permettre pour la première fois aux avocats, de revendiquer l’octroi de spécialisations, à l’instar des anciens conseils juridiques qui se répartissaient entre spécialistes en droit des sociétés, droit social ou droit fiscal.

Fait assez rare : Maître Isabelle BECK a sollicité et obtenu 2 spécialisations nouvellement crées : l’une en Droit de la Famille et l’autre en Droit Commercial.

Le choix exclusif du droit de la famille

Après avoir exercé durant des années à la fois en droit de la famille et en droit commercial, l’heure d’un choix est venue.

Pourquoi avoir choisi le domaine du droit de la famille, réputé stressant et peu rémunérateur ?

1) Les souvenirs personnels

On n’oublie jamais, lorsqu’on a été enfant de parents divorcés, qu’il y avait une enfance avant, et une enfance après le divorce.

Les dissensions familiales, les manœuvres et batailles sordides autour de donations et d’héritages laissent également des traces dans le vécu personnel.

Dès ses premiers pas dans la profession, Maître Isabelle BECK avait l’expérience des conflits familiaux et avait compris toute l’importance du rôle de l’avocat.

Faut -il s’étonner dès lors, qu’elle ait toujours conservé comme domaine de prédilection le droit des personnes et de la famille ?

C’est là, qu’elle pouvait donner la mesure de son humanité et concrétiser son souci de protection des victimes et particulièrement des enfants.

2) La maternité

En 1997, Maître Isabelle BECK a vécu avec un immense bonheur, la naissance de sa fille.

Pour pouvoir concilier métier et vie familiale, il était indispensable de réduire de façon drastique l’importance du cabinet.

C’est ainsi que Maitre Isabelle BECK a pris la décision de se consacrer désormais exclusivement au droit de la famille.

La Justice en question

La loi du 4 mars 2002 a instauré la possibilité pour des parents d’opter pour la garde de leurs enfants en résidence alternée.

Soucieuse des abus et des dangers que pouvait présenter ce nouveau mode d’organisation de vie pour les enfants, Maître Isabelle BECK s’est rapprochée de l’association « L’enfant d’Abord », au sein de laquelle elle a pu s’informer, auprès de professionnels de l’enfance, de psychologues, psychiatres etc.

10 ans plus tard, est né de cette interaction pluridisciplinaire le livre auquel Maître Isabelle BECK a contribué, sous l’égide de Jacqueline Phélip, formidable présidente de l’Enfant d’Abord et du Docteur Maurice Berger, chef de service en psychiatrie de l’enfant au CHU de St Etienne, connu internationalement pour ses recherches et enseignements :

Divorce, Séparation, les enfants sont-ils protégés ? (Dunod)

https://www.dunod.com/sciences-humaines-et-sociales/divorce-separation-enfants-sont-ils-proteges?gclid=CjwKCAjwo87YBRBgEiwAI1LkqS2HI2nuN_bcwts8pNY-ZKWebh7NrCtrq23Nf4DbAp99cxQ2jLmTyBoCqnAQAvD_BwE

Le changement de vie

Le 31 décembre 2012, Maître Isabelle BECK a cessé son activité d’avocat, pour préparer la réalisation de son rêve d’adolescente, le rêve Américain.

Elle a choisi de vivre à BOSTON et d’opérer un changement de vie radical aux Etats-Unis, en créant un commerce d’importation et de vente de cadeaux Français, sous la marque « Your French Gift ».

S’occuper à la fois de la gestion d’une boutique et d’un commerce en ligne a constitué un nouveau challenge, tout en permettant de découvrir le vrai visage de l’Amérique du 21e siècle.

Ces 5 années resteront  pour elle une expérience de vie inoubliable.

Un nouveau départ

Définitivement de retour en France depuis février 2018, Maître Isabelle BECK a retrouvé l’univers du droit avec enthousiasme et une énergie renouvelée.

Elle s’est appliquée dans un premier temps, à opérer une complète mise à jour de ses connaissances, en raison des réformes importantes intervenues en droit de la famille ainsi qu’en procédure d’appel.

Depuis le 25 avril 2018, Maître Isabelle BECK est de nouveau inscrite au barreau de LYON.

Elle sera heureuse de vous accueillir au sein de son nouveau cabinet, pour tout conseil ou toute assistance dont vous avez besoin.