Conseiller

LE ROLE PRIMORDIAL DE CONSEIL

Conseiller en 10 points :

1. Pour Maitre Isabelle BECK, l’avocat est en premier lieu et avant tout un CONSEIL.

Il faut être pleinement informé et conseillé, pour pouvoir prendre de bonnes décisions.

On oublie trop souvent qu’être avocat ne signifie pas forcément ou pas seulement être en charge d’une procédure.

La noblesse de la profession d’avocat consiste dans le fait de pouvoir aider ses clients, en les conseillant de façon raisonnable sur les problèmes qu’ils rencontrent dans leur vie.

Il est important de savoir que l’avocat est précisément la « personne – ressource », qui écoute, analyse et guide vers les solutions possibles.

2. Il peut être tentant de se limiter à solliciter son entourage ou avoir uniquement recours à des informations recueillies dans la presse ou sur internet.

Cependant, rien ne remplace la consultation d’un professionnel qualifié, compétent et dévoué envers ses clients.

Par son statut, l’avocat est soumis à une véritable obligation de conseil vis-à-vis de son client.

Il ne s’agit pas seulement d’expliquer les règles de droit ou les procédures existantes, mais également de fournir les directions possibles, de déterminer en fonction du cas concret qui lui est soumis, quelle est la meilleure voie.

L'avocat va de ce fait orienter la décision du client sur ses différentes demandes, sur les voies et moyens utilisables, évaluer les options envisageables, apprécier les chances de succès, mettre en garde sur les risques d'échec, sur les incertitudes du droit positif et en particulier de la jurisprudence.

C’est sa responsabilité.

3. Le droit de la famille et des personnes a la particularité de toucher à la vie privée.

Il donne lieu dans le cabinet de l’avocat à l’épanouissement des sentiments et des comportements humains les plus divers : colère, haine, vengeance, manipulation, angoisse, souffrance, dépression, terreur, lassitude, soulagement, résignation…

Chaque avocat réagit à sa façon, selon sa personnalité, son propre vécu, et les convictions qu’il a emmagasinées en lui durant sa vie.

Le choix de l’avocat est donc très important.

Le conseil n’aura de valeur et d’intérêt pour le client que si une relation de totale confiance s’établit.

4. Pour fournir un conseil de qualité, il est indispensable que l’avocat sache écouter, comprendre et analyser les confidences qui lui sont faites.

Comme le fait un psychologue, il faut non seulement mémoriser les propos, mais également tenir compte du ton et de la gestuelle de son interlocuteur pour apprécier sa sincérité, déceler la souffrance qu’il ressent, ou comprendre l’importance qu’il attache à certains évènements.

Chaque client décrit avec ses mots, sa propre histoire. Il ne prend pas rendez vous pour entendre un cours de droit mais pour obtenir de l’aide, face à la situation concrète dans laquelle il se trouve.

La réponse de l’avocat doit être claire, précise, sans pour autant se substituer à son client, quant aux choix qui s’offrent à lui ou quant à la décision qu’il envisage.

5. L’avocat doit être capable d’informer et de conseiller de façon intelligible, en fonction des attentes de la personne qui le sollicite.

Pour que son conseil soit utile, il doit expliquer, convaincre et insister sur les raisons pour lesquelles il considère telle stratégie ou telle procédure comme la meilleure voie possible pour son client.

L’expérience de l’avocat se révèle ici d’ores et déjà fondamentale.

6. Rappelons que l’avocat est tenu strictement à un secret professionnel absolu, ce qui garantit une totale confidentialité de tous les échanges avec la personne qui le consulte.

C’est seulement avec l’autorisation de son client, qu’il peut réveler, pour les besoins de sa mission, ce qui lui a été dit sous le sceau de ce secret.

Le conseil sera d’autant plus adapté, si le client accepte de partager avec son avocat, les évènements qui le conduisent à le rencontrer, tels qu’il les a vécus, et cela même s’il a adopté à cette occasion une attitude peu glorieuse ou qu’il a ensuite regrettée.

Les secrets de famille, l’intimité du couple fournissent à l’avocat des éléments clés pour bien appréhender la situation de son client et lui apporter conseil.

7. Le meilleur conseil que je peux vous donner, si vous hésitez à prendre un rendez- vous est celui-ci : Prendre un conseil d’avocat ne vous engage pas et peut vous éviter bien des erreurs. Il vaut mieux venir consulter trop tôt que trop tard.

Ce conseil est valable dans tous les domaines du droit. « Le plus tôt sera le mieux »

8. La mission de conseil suppose que préalablement l’avocat soit pleinement formé et se tienne à jour des multiples réformes et décisions judiciaires composant la jurisprudence.

A l’heure où pleuvent les réformes appelées « Modernisation de la Justice du 21e siècle », les connaissances juridiques en matière de droit de la famille et des personnes ainsi que des techniques procédurales nécessitent une mise à jour quotidienne.

C’est pourquoi, recourir à un spécialiste est une sage précaution pour avoir la certitude de la validité de son conseil.

9. Evoquer le rôle de conseil de l’avocat ne se limite pas à parler d’une consultation préalable. Le conseil s’exerce naturellement à chaque fois que l’avocat est sollicité par son client, et durant toute la vie du dossier ouvert à son cabinet.

  • Il se situe au niveau stratégique : Est-il opportun de négocier ? maintenant ? plus tard ? Quelle est la procédure répondant le mieux aux besoins du client ?
  • Il porte sur la façon de constituer le dossier : Quelles pièces doivent être apportées ? Comment contrecarrer efficacement les pièces produites par l’autre partie ?
  • Il se nourrit des échanges avec le client, désireux de connaître l’impact d’une décision personnelle sur son dossier.

10. Donner un conseil en matière familiale ou personnelle n’est pas un acte anodin. Il peut retentir sur toute une vie et rejaillir sur l’entourage de façon définitive.

Les avocats sont des êtres humains dotés de personnalités très différentes.

On pourrait dire schématiquement que comme dans toutes les professions, il y a des bons et des mauvais, des honnêtes et des égrefins, des personnes investies et d’autres sans aucune empathie pour leur clients….

Maître Isabelle BECK met au service de ses clients son savoir-faire et son dévouement, afin d’apporter à ses clients, les meilleurs conseils possibles, afin de leur permettre de réaliser leurs objectifs.